Aller au contenu

Dossiers à suivre

Par Huguette Vigneau

HISTORIQUE DE L’ASSOCIATION
Par Huguette Vigneau

Récemment, des gens qui participent à nos activités posaient des questions sur l’historique de l’APHV-BSL. Nous avons donc décidé de publier dans notre journal, un bref historique qui fait partie de notre trousse d’accueil pour les membres du CA et l’équipe de travail. Pour cette édition de notre journal, je vous présente ce texte qui couvre la période de 1989 à 2016. Pour l’édition suivante, je souhaite être en mesure de vous présenter la période de 2016 à 2021. Ainsi, l'APHV-BSL a 32 ans. La présentation de son historique en quelques pages exige des raccourcis qui je l'espère, ne vous feront jamais douter de l'importance de toute l'implication des centaines de personnes qui l'ont fait grandir. J'ai choisi de vous présenter son historique en faisant ressortir les événements qui ont marqué son développement. En tentant de suivre leur chronologie, je me suis permis de revenir parfois quelques années en arrière pour situer les éléments. Voici donc ce qui a débuté il y a 32 ans déjà.

DE 1989 À 1995
En 1989, un petit groupe de personnes handicapées visuelles fondaient l'Association des handicapés visuels du Bas-du-Fleuve et de la Gaspésie. Ces gens voulaient briser leur isolement, s’entraider et promouvoir le respect de leurs droits. Madame Nicole Hébert, religieuse de la congrégation des Filles de Jésus, madame Ginette Brisson ainsi que feu monsieur Sylvain Perreault adressaient une demande au Registraire des Entreprises pour créer l'organisme. C'est le 22 avril 1990 que se tenait la première assemblée générale, au 325 rue St-Jean-Baptiste à Rimouski.

Puis, on loue un bureau au Grand Séminaire au 49 rue St-Jean-Baptiste à Rimouski. Avec des projets de développement à l’emploi, on embauche des gens pour coordonner les activités et gérer les budgets. L'Office des Personnes Handicapées du Québec (OPHQ) nous attribue 10 000$ annuellement pour le fonctionnement de base. On reçoit aussi des dons des Clubs lions, des Chevaliers de Colomb et de communautés religieuses. On offre des activités de groupe pour susciter l'entraide et des activités de sensibilisation auprès de la population. On revendique l'annonce des étages dans l'ascenseur de l'hôpital de Rimouski et une barrière de protection devant les travaux dans les rues de Rimouski. On produit un journal sonore sur cassette qu'on distribue à tous nos membres. L'Association est membre du Regroupement des Organismes de Promotion du Bas-du-Fleuve (ROP-BF) et de l'Association Régionale de Loisirs de l'Est-du-Québec (L'ARLEQ). On adhère aussi au Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec (RAAQ) qui à cette époque est un regroupement d'individus. En 1991, on ajoute le mot personnes et le nom de l'organisme devient Association des personnes handicapées visuelles du Bas-du-Fleuve et de la Gaspésie. En mai 1992, on est présent à la première AGA de la Table Régionale des Organismes Communautaires BSL (TROC-BSL), (MAC-BSL) à cette époque.

DE 1995 A L’AN 2000
En 1995, en faisant appel au programme de subvention Contrat de travail (CIT) mis en place par l'OPHQ, on embauche une technicienne en travail social qui a une déficience visuelle. Celle-ci demeurera à l'emploi de l'organisme plus de vingt ans. On ouvre un bureau à Caplan pour les gens de la Gaspésie et on embauche une personne handicapée visuelle pour y travailler.

En 1996, alors que les régions administratives sont redéfinies par le gouvernement du Québec, notre organisme réserve ses activités aux gens de la région du Bas-Saint-Laurent et devient Association des Personnes Handicapées Visuelles du Bas-Saint-Laurent tout en supportant la région de la Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine (GIM) pour la création de son propre organisme.

On poursuit le développement des activités de l'organisme et en 1998, on déménage nos bureaux au 125, boulevard René-Lepage. On accueille des stagiaires de Techniques de travail social et de Techniques d'éducation spécialisée et on fait appel à divers programmes de subventions pour des projets ponctuels. La subvention de base de l'OPHQ est transférée au programme Soutien aux organismes communautaires (PSOC) dans les Régies régionales de la santé et des services sociaux, ce qui nous donne 5 000$ pour le BSL, tandis que le programme CIT est transféré à Emploi-Québec. On a un poste de directrice à temps plein et un poste de secrétaire à temps partiel. On crée la formation "Comment guider les personnes handicapées visuelles" et on élabore notre premier plan d'action triennal. Notre subvention de base du PSOC augmente au fil des ans, ce qui nous permet d'investir une mise de fonds pour des projets. De plus en plus de personnes s'impliquent bénévolement comme guides et sur des comités de travail.

On développe des cours de braille en collaboration avec l'organisme d'alphabétisation CLÉ Mitis-Neigette et ensuite avec le Regroupement des Comités d'Éducation de la Matapédia (RECEM). L'implication bénévole de monsieur Pierre-Paul Richard sera majeure dans la réalisation de ces projets. Ce sera ensuite des cours d'informatique adaptés à la déficience visuelle qu'on développera avec CLÉ.

DE L’AN 2000 À 2007
En mai 2000, on tient notre forum Pour voir plus loin. Puis, une stagiaire de Techniques d'éducation spécialisée handicapée visuelle que nous avons accueillie en 1999, développe des ateliers de sensibilisation dans les écoles primaires. Elle occupera le poste d'agente de sensibilisation pendant une dizaine d'années. À son départ, on embauche une autre personne handicapée visuelle comme agent de sensibilisation.

En 2002, en faisant appel à un programme du Soutien à l'Action Communautaire Autonome (SACA), on travaille auprès des organismes de personnes handicapées du BSL en leur apportant notre expertise sur l'intervention auprès des personnes handicapées visuelles.

En 2006, en faisant appel au programme Nouveaux-Horizons du gouvernement fédéral, on embauche une technicienne en travail social pour le projet Voir à briser l'isolement. Ce projet nous permettra de développer des rencontres de groupe dans la région du KRTB. La personne embauchée demeurera à l'emploi de l'organisme plus de dix ans en occupant le poste d'animatrice qui deviendra ensuite le poste d'intervenante sociale. Puis, en 2010, on répète la situation en embauchant une intervenante sociale qui avait fait son stage au sein de notre organisme. On fait appel à un programme de subvention du Ministère de la Famille et des aînés (MFA) pour développer des rencontres de groupes à Matane et à Amqui, projet qui sera prolongé 5 ans. En 2016, n'ayant plus de subvention du MFA, on utilise notre surplus cumulé pour garder ce 2e poste d'intervenante, mais il passe à 3 jours par semaine. Quant au poste de secrétaire, il se transforme au fil des ans, en poste d'agente administrative et les autres employés assument les tâches de secrétariat, notamment la mise en page du journal l'Écoute.

DE 2007 À 2016
En 2007, on déménage au 376 boulevard Jessop. On occupe le 2e étage de la maison des Lions. Avec son tournoi de golf annuel Formule Rita dont la première édition avait lieu en 1998, le Club Lions de Rimouski apporte une contribution financière appréciable. Il prendra aussi la relève pour réaliser notre déjeuner-bénéfice annuel. D'autres Clubs Lions du BSL feront partie de nos donateurs.

En 2013, on révise notre charte et on apporte quelques changements pour être en concordance avec nos règlements généraux.

En 2015, on effectue la refonte de notre dépliant, on rajeunit notre site web et on réalise notre forum "Ensemble, voyons plus loin!" On embauche une personne handicapée visuelle qui travaillera à ces réalisations. C'est aussi en 2015 qu'on inscrit APHV-BSL comme 2e nom de l'organisme auprès du Registraire des entreprises.

Voilà qu'en 2016, on souhaite continuer d'aider les personnes handicapées visuelles en maintenant nos services et en poursuivant leur développement. Je souhaite que ces quelques pages vous aient permis de mieux connaître l'histoire de l'APHV-BSL, histoire à poursuivre dans la prochaine édition de notre journal l’Écoute.

Huguette Vigneau
Directrice