Aller au contenu

Mot de la direction

Par Huguette Vigneau

En ce début de novembre, c’est par une belle matinée ensoleillée que je vous écris ces quelques mots. Bien que la température soit au point de congélation, vêtue d’un manteau et de chaussures appropriées, je peux apprécier cette belle journée qui s’annonce. Comme les vêtements chauds nous permettent d’apprécier l’hiver, être bien équipé pour faire face à la déficience visuelle nous permet d’apprécier le quotidien et de réaliser nos projets. Comment s’équiper pour faire face à la déficience visuelle? Ça se fait en deux temps : les aides visuelles qu’on utilise individuellement et les structures sociales.

D’abord, les aides visuelles comme les loupes, les montres, les calculatrices, les autres appareils munis de synthèse vocale ainsi que les télévisionneuses sont des exemples d’équipements qui peuvent faciliter le quotidien. Cependant, il faut savoir que cela existe et comment cela fonctionne. En fouillant sur le web, on peut trouver bien des informations sur les aides visuelles et sur les services tels que les services de réadaptation. Toutefois, en côtoyant d’autres personnes aux prises avec une perte de vision, nous découvrons souvent des outils, mais aussi des façons de fonctionner et des petits trucs qui facilitent le quotidien.

Puis, il y a les structures sociales. Nous avons beau vouloir s’informer sur les sites web, encore faut-il qu’ils soient accessibles avec nos synthèses vocales! S’il y a des guichets bancaires accessibles, des bibliothèques avec des livres adaptés, des feux sonores, si les utilisateurs de braille peuvent étudier dans les cégeps et dans les universités, c’est parce que des gens ont travaillé fort pour changer les structures sociales. Il reste encore beaucoup à faire et c’est la responsabilité de toute la société. Mais comment faire bouger la société? Nous pouvons d’abord s’associer avec des groupes de gens qui partagent nos préoccupations. Puis, ensemble, nous aurons plus de chances d’influencer le reste de la population pour créer une société inclusive. C’est dans ce sens qu’à l’APHV-BSL, nous travaillons avec divers regroupements d’organismes.

Que ce soit pour être mieux équipé sur le plan individuel ou pour que nous vivions dans une société de plus en plus inclusive, voilà de bonnes raisons de vous impliquer à l’APHV-BSL.

Joyeux Temps des Fêtes et Bonne Année 2018!